PORTRAITS ?… Parlons-en avant qu’ils nous parlent.

Article-Juin-2013-Portraits--1

PORTRAITS ?… Parlons-en avant qu’ils nous parlent.

Pourquoi le portrait ? Parce ce que ce genre, trop peu exploité de nos jours, réclame rigueur du dessin et analyse en profondeur de ce qu’il y a de caché derrière les traits du modèle. Une formation solide de dessinateur est exigée.

Réaliser un portrait, c’est peindre un sujet qui comme tout autre, implique de s’en écarter afin de peut-être atteindre l’Œuvre d’art.

Le Portraitiste révèle la personnalité secrète de son modèle.
Le Paysagiste nous mène en des horizons où les lumières nous sont étrangères.

Peindre !… Percevoir, plus que voir.

                           C’est à dater du premier  au quatrième siècle en haute Egypte, avec les célèbres portraits coptes du ‘Fayoum’ peints à l’encaustique sur des cartonnages, que la pratique du ‘Portrait’ fut un genre fort demandé, fort pratiqué et … apprécié.

  Le portrait: représentation picturale d’une personne, de son visage ou de son buste.

La Renaissance, l’époque Maniériste et Baroque (DAVID et Jean Baptiste INGRES), les Primitifs Flamands furent les grands moments historiques du portrait.

En peinture , parmi tous les sujets, c’est le portrait que j’affectionne le plus. Au-delà du fait de peindre, j’y trouve une reconnaissance qui n’est autre : qu’une peinture d’âme.

J.C.H

 

Dans un portrait, les formes peuvent s’écarter du modèle.

Mais ce qu’il recèle en lui de secret et qui est source de la ressemblance vraie ne peut être blasphémé.

J.C.H

Le portraitiste se traduit
lui-même en même temps
qu’il représente son modèle

René HUYGHE

Le portrait réclame un regard
pénétrant qui interroge les traits
du modèle. Etre avide
de percevoir, au-delà de
la ressemblance, les secrets
du visage humain.J.C.H

2 réflexions sur “PORTRAITS ?… Parlons-en avant qu’ils nous parlent.”

  1. MADELAINE-RICHARD

    Bonjour Jean Claude
    Belle idée que d’associer l’ardoise à la représentation de Pierre SOULAGES. Un noir vibrant, chatoyant, un noir vivant. J’aime beaucoup.
    J’ai eu la chance d’admirer les oeuvres de Soulages il y a quelques années au château de Malves, lors du mois de l’abstrait. Une révélation. C’est autre chose que d’essayer de comprendre face à une photo. Aller d’un côté, de l’autre, face à ses oeuvres immenses, admirer les jeux de la lumière enrichissant les noirs.
    Oui une révélation.
    Merci Jean Claude, vous excellez dans ce genre
    que j’ai très peu abordé
    Amicalement Martine

  2. Merci pour cet article de juin. J’apprécie le portrait et le regard du peintre qui perce le secret de l’âme au-delà de la ressemblance académique. C’est un art difficile et délicat. J’apprends beaucoup grâce à vos articles.
    Amicalement Josiane;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page