Archives de l’auteur

Castel_Revel_Paris

Ecrit par JCHuyghe sur . Publié dans Actualités

SABATE - L'étalon de BouzniKa

GORNEZ
GORNEZ -Ne pas prendre

RICHET – Voyage berbère

 

Castelnaudary

Revel

Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le Maroc en Lumière »

En cette exposition, à  » l’Institut du monde Arabe  »  j’ai retrouvé le vent léger, poètique, qui me caressait aux portes de Taroudant (1959)

Collectionneur, Ecrivain et Editeur, Philippe PLOQUIN commissaire de cette exposition, réunissait du 5 février au 30 mars, une quinzaine d’artistes sur le thème:

« Le Maroc en lumière »

Un céramiste, trois sculpteurs, trois ferroniers d’art, six peintres, un ébéniste et un orfèvre. Parmi eux, cinq noms qui, avec talent, propulsent Castelnaudary et Revel aux portes du Maroc.

Céramiste, Michel GORNES nous présente, extraites de sa « bibliothèque intérieure » des pages ciselées d’écritures riche de symboles d’origines diverses et lointaines. Patrimoine du passé elles égrennent les heures qui, en secret lui appartiennent.

Dans sa forge à Castelnaudary, Jean Claude SABATE à la force des poignets, uni au feu et aux métaux, mène un combat singulier afin de métarmophoser ce qui, à nos yeux, peut paraître sans âme. Avec « l’étalon de Bouznika » à taille réelle, cet artisan va au-delà de portraiturer une tête de cheval faite de métaux assemblés. C’est tout le mouvement de l’animal, encore transpirant de son précédent galop, qu’il nous fait deviner, jusqu’à le caresser…  lui parler à l’oreille.

« Cette tête d’étalon est l’écho d’un moment… éternellement présent« .

Si sculpter c’est enlever dans le sens de « purifier » un volume, Danièle RICHET atteint l’essentiel par un choix d’ajouts qu’elle sélectionne précautionneusement. Ses sculptures faites de toiles et autres matériaux rigidifiés d’enduits divers, maquillés de riches pigments colorés, créent l’âme de corps non existants. RICHET, sensible à l’invisible n’habille pas des êtres de chairs mais: « Des vies du monde présent« . Oui, elle peut définir son oeuvre selon la célèbre citation d’ARISTOTE :

« Le but de l’art est de révèler le sens caché des choses et non le sens des manifestations extérieures« .

REVEL, ville du meuble depuis le XVIIe siècle présente deux artistes atypiques. L’un ébéniste, marqueteur et peintre, l’autre sculpteur, venu de Belleserre commune proche de Revel.

René DAÏDE perpétue la tradition de la marqueterie avec son oeuvre majeure, que j’ai eu le privilège d’admirer:  « Le bureau à cylindre du Roi Louis XIV ». Meuble qu’il a reconstitué à l’identique (18.000 heures de travail). Peintre à ses heures il affectionne les supports d’acajou gravés, teintés et vernissés. Sa peinture l’oriente tout naturellement vers un renouveau du mobillier marqueté: la « Marqueterie colorée« .

Avec DAÏDE, nous côtoyons l’inattendu dans le beau.

Roland FLOUREUX est sculpteur animalier. D’une souche d’arbre ou d’une branche noueuse, il possède ce don de donner vie aux éléments bruts en y ajoutant… « Une intentionnalité« .

Castelnaudarty, Revel, Paris, en ce début d’année 2010, trois capitales réunies pour mieux nous faire deviner la grandeur que recèlent en eux :

« Des Artistes de notre temps »

J.C.H