Le don et l’enfant

Dessiner – Peindre

Le don et l’enfant

Article-Sept

                 C’est par le dessin, vers l’âge de 2/3 ans que l’enfant s’exprime en toute indépendance. Ses sentiments se couchent sur le papier d’une manière abrupte, son univers se dévoile sans fausse pudeur ni blocage dans l’espace de la feuille qu’il triture en des gestes spontanés. L’expression est ‘gestuelle’, vécue avec intensité.
                                  Sous l’aspect d’explosions, lignes formes et couleurs se confondent et deviennent : Cri d’un moment, Cri de présence, résonance d’individualité affirmée.
                                 Jusqu’à 11/12 ans l’enfant aura ce talent inné, ensuite les environnements dits ‘formateurs’ contrarieront cette spontanéité, les interdits de la société feront hélas ! leur oeuvre d’uniformisation, destruction du moi originel.
 
René HOCQUAU - Pastel

René HOCQUAU – Pastel

              D’autres que les enfants possèdent cette puissante révélation par le dessin et la peinture. On la retrouve chez les handicapés mentaux. Eux gardent cette retenue dans l’expression de leurs sentiments. A l’Arche de Jean VANIER à Trosly-Breuil, dans l’atelier d’expression graphique, des résidents aux talents hors du commun vivent un ‘Art Brut’, tel René, auteur du pastel représenté ci-contre. Cet art contient une ‘vérité’ originelle, viscérale.
 
              C’est sous cette appellation d’ ‘Art Brut’ que Jean DUBUFFET dès 1945 eut l’idée de réunir des ouvrages exécutés par des personnes privées de culture artistique mais ayant cet élan créateur inné.
 
                           Pour les enfants, vient l’âge des 12/13 ans, (bien plus tard pour d’autres) où, les plus doués, les plus audacieux, se déterminent en fonction d’une expression artistique : dessin, pein-ture, sculpture. Tel Benjamin TAILLAND devenu céramiste.Ils sont peu nombreux à prendre ces filières artistiques et seront peu d’élus, à vivre un parfait accomplissement.

                                                                                                         J.C.H

 

« La peinture garde l’enfance en elle. Elle nous permet de prolonger une forme d’émerveillement,
de cultiver des jardins intérieurs ».

Patrice VOLATA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page