L’ACTE DE PEINDRE

L’ACTE DE PEINDRE

La peinture se nourrit de son contenu: Le dessin. Elle ne peut être sans cette ‘Âme’.
Ce qui est éternel dans une peinture, c’est son côté abstrait. Tout ce qui est l’essence même du dessin se rapporte avec autant d’acuité et de vérité à la peinture. Mais attention ! La peinture n’est pas un dessin rehaussé de couleurs, ni une mise en couleur du dessin.

L’acte de peindre a son entité, c’est le résultat de ce qu’on appelle le métier au travers de techniques diverses. En peinture le geste est essentiel, il conditionne l’écriture picturale, cet acte va droit à l’esprit, il est le moteur de la découverte.
Lignes, masse de formes, matière et couleurs doivent naître d’un élan: Fluidité de la liberté.
Liberté guidée par elle-même, par nécessité intrinsèque, elle ne suit que sa fantaisie ou son destin, son apogée est ‘Lumière’. Que le dessin précède ou non l’acte de peindre, la démarche est la même.
Seul le moyen est autre dans sa technique. Ce dessin devient alors ‘Structure’.

La peinture est en devenir par le moyen choisi, nouvelle forme d’écriture, pour mener l’espace vers sa propre vie intérieure et son contenu spirituel, prégnant de signification…

… Alors Oeuvre aboutie.

Des mots… Aux actes

Veuillez cliquer sur les images pour les agrandir

1 réflexion sur “L’ACTE DE PEINDRE”

  1. Bonjour Jean-Claude,

    Le chemin est parsemé d’écueils pour arriver à cette « Œuvre aboutie ».

    Superbe travail Jean-Claude. J’ai un gros faible pour Venise. Mais vous le savez déjà

    Bises amicales
    🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page