‘MON’ Tableau au Musée de Carcassonne

BRUEGHEL - Le jeune Paysage avec personnages Musée-Carcasonne

Jan BRUEGHEL dit le Jeune (1601-1678) ‘Paysage avec personnages’ Musée de Carcassonne

Camille COROT - Souvenir de Marcoussis - Musée d'Orsay

Camille COROT. Souvenir de Marcoussis, 1855 Musée d’Orsay

Sollicité par la Présidente ‘des Amis du Musée de Carcassonne’, à rédiger un article sur le thème « Mon tableau du Musée », en tant qu’ami du Musée, je ne pouvais  rester coi. Pour vous, qui tous les mois, recevez un nouvelle artistique, voici ce à quoi je me suis risqué.

‘MON’ Tableau au Musée de Carcassonne

Oui ! ‘Mon’ tableau
Parce que l’œuvre une fois accomplie appartient tout autant à son auteur
qu’à celui qui la contemple, la partage intensément.

‘Paysage avec personnages’, tableau de petit format par Jan BRUEGHEL alors qu’en ce temps, le paysage atteint le caractère d’une nature existant pour elle-même et non plus en fonction des êtres qui lui sont présents. C’est à cette époque que la peinture s’ouvre vers le paysage au caractère typique de diverses régions.

De facture plus libre pour l’époque cette vue des Flandres nous offre avec une sobriété de moyens picturaux, ce qui n’est pas sans nous projeter dans l’œuvre à venir d’un COROT. (Voir la toile de ce dernier intitulée ‘Souvenir de Marcoussis’ peinte en 1855.

La peinture est un long cheminement au travers des époques et des continents. Contemporaine d’un espace temps, lorsqu’il y a ‘Œuvre’, elle appartient l’Univers tout entier ?

Du ‘Romantisme’ à ‘l’Impressionnisme’ se devine une vision nouvelle et poétique sur l’aspect intemporel du paysage. Jan BRUEGHEL en s’écartant du Romantisme nous fait appréhender toute l’évolution de la peinture ’Moderne’ du paysage.

Annonce-il pas l’Impressionnisme ?

Il confère autant de spiritualité à la substance du monde, à l’air qui l’entoure en respectant les gradations  tonales des divers éléments qui la compose, le tout se mêlant à un flou artistique, résultat d’une technique parfaitement dominée.

Cette citation de Camille COROT s’applique tout autant aux paysages de  Jan BRUEGHEL qu’aux siens :

  « Je ne perds pas un instant l’émotion
qui m’a saisi.
Le réel est une partie de l’art :
le sentiment le complète. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page